DN / Laetitia Delafontaine & Grégory Niel
Depuis la création de DN, fin 2001, Laetitia Delafontaine et Grégory Niel développent un travail d’expérimentation sur l’espace, le lieu et sa représentation dans leur relation avec les nouveaux médias. Ils abordent les spécificités des technologies cinématographiques, numériques, virtuelles et leurs incidences sur la perception et les comportements induits à travers la mise en place de propositions artistiques. Leurs dispositifs questionnent le rapport image et lieu dans ses dimensions projectives, fictionnelles et critiques. La référence au cinéma est un élément fréquent qui fonctionne à la fois comme un point d’entrée commun et collectif et comme une source de recherche ou un objet de travail sur lequel ils s’appuient.

La question du lieu est centrale dans leur travail. C’est la double problématique de l’espace questionné par les relations qui le portent, par lequel il est connecté, raccordé aux autres espaces, mais aussi questionné par les technologies de représentation, virtuelle ou cinématographique. Comment se situer dans un espace, qui non seulement donne lieu à plusieurs cartes possibles en fonction des paramètres que l’on choisit mais qui de surcroît est travaillé par un autre espace, virtuel ou mental celui-ci, qui modifie profondément les modes de mise en relation des lieux les uns avec les autres ? C’est aussi la question de la position du regardeur ou du regardé relativement aux nouveaux médias et aux espaces représentés par ces nouveaux médias.

Leur pratique est multiple et variée, ils conçoivent des propositions, dispositifs, installations, vidéo, sculpture, dessins et travaillent sur les langages actuels comme la simulation, l’immersion, l’autonomie,… Le médium utilisé découle alors du scénario ou de la proposition qu’ils ont mise en place.

Leur recherche artistique les a conduit notamment à bénéficier d’une bourse de recherche de la direction de l’architecture (2004) suivie d’une publication PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture), à être accueillis en résidence Frac Centre, à l’édition chez Actes Sud d’un ouvrage théorique du philosophe Patrice Maniglier (2010) à partir de l’installation « rosemary’s place » (2007), à la parution d’un article par Patrice Maniglier « dessine-moi un éléphant » dans la Revue Critique n° 759-760, À quoi pense l'art contemporain ? à partir de l’installation « nexus » dans la Galerie Carrée au Centre d’art de la villa Arson.

Leur travail a été notamment exposé à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon (2018), à la galerie Le cube dans le cadre du mois de l'architecture (2016), au Centre dramatique National de Montpellier / HTH (2015), au centre d’art contemporain le Pavillon Vendôme à Clichy-la-Garenne (2013), à la foire d’art contemporain Cutlog à New York (2013), au centre d’art de la villa Arson à Nice (2010), à la manifestation « Casanova Forever » du Frac Languedoc Roussillon (2010), à l’espace d’art contemporain d’HEC Paris en 2011, à la fondation Avicenne / Glassbox à Paris (2009), au FRAC Centre à Orléans (2008), à la galerie des Beaux-Arts de Montpellier (2007) au centre d’art Iselp à Bruxelles (2007), à la galerie de Multiples à Paris, au Art Museum / Exhibition Hall in Rotterman Salt Storage of Estonia à Tallin (2004), la grande halle de La Villette à Paris (2003). Leur travail a intégré la collection du FRAC Languedoc Roussillon (2010).

Ils enseignent à l’école supérieure des beaux-arts de Montpellier depuis 2009, et y interviennent depuis 2005. Ils sont porteurs du projet de recherche « chose de prix » sur les rapports art et valeur pour l'ESBAMA, associant l'Université Paris Ouest Nanterre et l'Université de Paris 8, avec le soutien de la fondation Daniel et Nina Carasso, avec la participation également de Paris School of Economics (PSE), le Medialab de l'IEP Paris, le Musée du Quai Branly et le FRAC Languedoc-Roussillon. Ils ont été coordinateurs du projet de recherche « la forme des idées » de l’Ecole supérieure des beaux arts de Montpellier, associant l’Ecole nationale des beaux arts de Lyon et l’Ecole nationale des beaux arts de Nice Villa Arson de 2008 à 2011. Laetitia Delafontaine a enseigné à l’école nationale supérieure d’architecture de Montpellier de 2010 à 2017.


----


Since the creation of DN, at the end of 2001, Laetitia Delafontaine and Grégory Niel develop a work of experiment on the space, the place and his representation in their connection with the new media. They approach the specificities of the film, digital, virtual technologies and their incidences on the perception and the behavior through the creation of artistic proposals.

Their proposals question the connection with image and place in its projective, fictional and critical dimensions. The reference to the cinema is a frequent element which works at the same time as a common and collective entry point and as a source of research or a working object on which they lean.

The question of place is central to their work. This is the dual issue of the space questioned by the relationships that carry it, by which it is connected, linked to other spaces, but also questioned by the technologies of representation, virtual or cinematographic. How to situate yourself in a space, which not only gives to several possible maps according to the parameters that one chooses but which in addition is worked by another space, virtual or mental this one, which modifies deeply the modes of putting in relation of places with each other? It is also the question of the position of the viewer or the one who is looked to the new media and the spaces represented by these new media.

Their practice is multiple and varied, they conceive proposals, devices, installations, video, sculpture, drawings. They work on the current languages as simulation, dumping, autonomy, … The chosen medium arises from the scenario or from the organized proposal

Their artistic search led in particular them to benefit from a research grant of the Architecture Department (2004) followed by a publication PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture), to be welcomed in residence at Frac centre, in the edition Actes Sud of a theoretical work of the philosopher Patrice Maniglier (2010) from the installation "of rosemary place" (2007) In the publication of an article by Patrice Maniglier "dessine moi un éléphant" in la Revue Critique n° 759-760, À quoi pense l'art contemporain From the installation "nexus" in the Gallery Carrée in the center of art of the Villa Arson.

Their work was exhibited in particular to La Chartreuse of Villeneuve-lez-Avignon (2018), to the gallery The cube for the month of the architecture (2016), to the National Arts center for theater of Montpellier/HTH (2015), in the center of contemporary art Le Pavillon Vendôme in Clichy-la-Garenne (2013), in the fair of contemporary art Cutlog in New York (2013), in the center of art of the villa Arson in Nice (2010), in the exhibition "Casanova Forever" of Frac Languedoc-Roussillon (2010), in l’espace d’art contemporain of HEC PARIS in 2011, in the foundation Avicenne/Glassbox in Paris (2009), in the Frac Centre in Orléans (2008), in the gallery of the Fine arts of Montpellier (2007) in the center of art Iselp in Brussels (2007), in the gallery of Multiple in Paris, in Art Museum/Exhibition Hall in Rotterman Salt Storage of Estonia (2004), la grande halle de La Villette in Paris (2003). Their work joined the collection of the FRAC Languedoc-Roussillon ( 2010 ).

They teach at Esba MoCo since 2009, and intervene there since 2005. They are coordinator of the research project "chose de prix" on relationship between art and value associating the ESBAMA, the Paris Ouest Nanterre university and the University of Paris 8, with the support of the foundation Daniel and Nina Carasso, with the participation also of Paris School of Economics (PSE), Medialab of the IEP PARIS, the Museum of the Quai Branly and the FRAC Languedoc-Roussillon. They were invited as artists in the research project "the form of the ideas" of the national School of the fine arts of Lyon, the national School of the fine arts of Nice Villa Arson which took place from 2008 till 2011 and which the school of the fine arts of Montpellier joined in 2009.